Texte de Golvet

Go down

Texte de Golvet

Post  Appius on Thu Mar 05 2009, 15:44

Golvet a écrit un texte très amusant. L'original se trouve ici.
http://le.royaume.de.hades.webrpg.info/t351-Lecon-de-pilotage.htm


Je me suis permis d'en corriger l'orthographe et la ponctuation. J'espère ne pas avoir laissé passer trop de fautes
S'il le désire, l'auteur peut recopier cette correction.

Leçon numéro un : Tenir le volant.

S'asseoir sur le siège pilote et poser ses deux mains de part et d'autre du cercle situé devant vous. Puis serrer ses doigts autour de celui-ci.

Voila vous tenez le volant, dans le prochain chapitre vous apprendrez à le tourner !


Leçon numéro deux : Tournez le volant

Une fois le volant bien en main, grâce à une contraction des biceps vous pourrez lui faire effectuer une rotation suivant son axe. L'amplitude de la rotation sera proportionnelle à l'amplitude de sortie. Plus vous tournez le volant plus le véhicule tournera fortement.

Votre véhicule possède une direction assistée, inutile de trop forcer, vous risqueriez d'abîmer le mécanisme.


Leçon numéro trois : La clef de contact.

Un petit objet métallique de forme rectangulaire avec un découpage ubuesque vous a été fourni lors de la livraison de votre Betrayal, on appellera cet objet une clef.

Introduisez la clef dans le trou prévu à cet effet (sur certaines versions il est écrit "clef" à côté du trou)

puis tournez la clef, vous entendrez un rugissement de moteur.

Ça y est, vous avez enclenché le contact !


Leçon numéro quatre : L'appuie-tête.

Une fois le volant bien en main et la clef de contact introduite, vient une chose qui pourrait paraître anodine mais qui relève d'une importance majeure pour un bon conducteur : le réglage de l'appuie-tête .

A l'extrémité haute de votre siège se trouve une sorte de cube qui peut être en cuir ou en tissu selon les modèles de Betrayal, on appellera ce bloc un appuie-tête.

Pour régler l'appuie-tête un bouton a été spécialement étudié par la firme, celui-ci se trouve sur le côté gauche du cube. Voici la marche à suivre pour le régler en quatre étapes :

- Posez votre casque de terraformation sur l'appuie-tête.

- Pressez le bouton de réglage et disposez l'appuie-tête à mi-hauteur de votre casque.

- Appuyez fortement votre casque contre l'appuie-tête pour que celui-ci prenne la bonne inclinaison.

- Désenclenchez le bouton.

Attention, un mauvais réglage de l'appuie-tête peut vous être fatal en cas de choc arrière (possibilité de rupture de votre nuque) ou plus communément un mauvais réglage peut rendre très désagréable une longue virée en Betrayal.

(Annexe, selon Wizard : le fait de se briser la nuque de cette manière s'appelle, sur Terre, le "coup du lapin". Mais comme nous sommes sur Mars, je pense qu'il convient de le renommer "Coup de Gabboul")


Leçon numéro cinq : les essuie-glaces

Votre tête est calée, vous voyez l'horizon se dessiner au loin à travers votre pare-brise translucide. Profitez, ça ne va pas durer. Dès la première tempête votre pare-brise sera recouvert d'une poussière rouge et poisseuse. Les ingénieurs de la firme ont élaboré un système complexe que l'on nommera essuie-glace.

Dès la première poussière déposée sur votre pare-brise, enclenchez d' un mouvement de l'index le bouton situé à droite du volant. Deux barres se mettront en mouvement rapide devant vos yeux ébahis, en projetant un liquide savonneux pour faire partir les incrustations les plus tenaces.

(N.B. Les grilles de protection situées devant le pare-brise ne seront pas nettoyées par les essuie-glaces. Pour les nettoyer il vous faudra sortir de votre véhicule et utiliser un chiffon imbibé d'un liquide spécialement prévu à cet effet. (Il vous est fourni dans les ToolBox distribuées par la firme.)

(Astuce d'Aneesha : Même savonneuse, l'eau aime pas des masses les températures négatives, faut aimer rouler avec le pare-brise plein de glace => ne pas utiliser de l'eau comme liquide de nettoyage)


Leçon numéro six : Les rétroviseurs.

Ça y est, vous êtes bien installé dans votre siège, la tête calée confortablement contre l'appuie-tête, et les mains sur le volant, prêtes à faire tourner les roues à tout instant. Votre pare-brise rendu translucide par l'utilisation des essuie-glaces, vous contemplez l'horizon qui s'offre à vous, mais qu'en est-il de ce qui ce passe derrière ?

Vous essayer de tourner la tête à droite et à gauche, mais votre scaphandre ne vous permet pas de vous retourner, pris d'une angoisse soudaine, vous vous levez, ouvrez la portière et vous vous jetez dehors en hurlant.

Calmez vous ! Dans un premier temps prenez une injection de C07AA05 cela vous déstressera. Remontez dans le véhicule et observez par la fenêtre latérale. Vous verrez une sorte de petit miroir, on appellera cet objet : le rétroviseur.

Grâce à cette technologie d'un autre age mais qui reste du moins fort utile, vous pourrez observer ce qui se passe à l'arrière de votre véhicule tout en restant dans l'habitacle de celui-ci (plutôt utile quant on file à plusieurs centaines de kilomètres par heure et que l'on entend un bruit étrange derrière soi).


Leçon numéro sept : Le frein à main.

Maintenant que vous voyez le monde qui vous entoure depuis votre siège, pourquoi rester sur place ?

Un objet sert à immobiliser le Betrayal, le frein à main. Il se présente sous la forme d'un manche avec un bouton à son extrémité. Pour le mettre en mouvement il faut poser sa main dessus et appuyer à l'aide de son pouce sur le bouton. Monter le frein à main permet d'immobiliser les roues du véhicule et le baisser permet une rotation des roues. Inutile de détailler à quel point un tel mécanisme est vital si vous habitez en haut d'une dune, il serait malencontreux de garer son Betrayal un soir et de le voir le lendemain matin en bas de la dune planté dans les cuves du voisin.

(Arayel : Si vous accélérez comme un imbécile et que de la fumée apparaît d'un coup, vérifiez la position du frein à main.

Awasegaga : il est dangereux de mettre le frein à main alors qu'on roule à 200 km/h)


Leçon numéro huit : L'embrayage et les vitesses.

Vous vous souvenez peut être des "automobiles" sur Terre (pour ceux qui ne sont pas nés sur Mars). Les véhicules possédaient une boite de vitesse, c'est le cas aussi sur Mars. Mais des six vitesses terriennes la Firme a décidé de n'en conserver que deux, une pour aller vers l'avant et une pour reculer (on est censé l'utiliser uniquement pour garer son véhicule).

Malheureusement les engrenages de la boite de vitesse sont souvent faits dans des matériaux peu adaptés au climat martien, si bien qu'il n'est pas rare de repérer, à l'aide de son radar, des engrenages oxydés tombés de la boite de vitesse d'un Betrayal. La grande majorité des Betrayals ne possèdent donc plus de boite de vitesse opérationnelle (les conducteurs étant censés se débrouiller avec une seule vitesse (la marche avant) la plupart éteignent le moteur une centaine de mètres avant l'objectif pour laisser le véhicule ralentir lentement et ne pas trop user les freins.)

L'embrayage ne servirait donc qu'au décor, me direz-vous ? Il n'en est rien. Car lorsque vous voulez démarrer la turbine il vous faut appuyer sur la pédale d'embrayage pour que l'axe du rotor puisse se mettre en rotation. En effet les turbines, encore plus difficiles à démarrer que les simples moteurs à explosion, nécessitent d'être en "roue libre" pour pouvoir se mettre en mouvement.


Leçon numéro neuf : La pédale d'accélération

Une autre caractéristique du Betrayal qui pourra vous surprendre au début, c'est que son régime est binaire. La turbine ne peut marcher qu'au régime maximal que vous pourrez lui donner.

En effet, la Firme aimant la robustesse et non la finesse que nécessiterait un système complexe, l'alimentation de la turbine en dihydrogène se fait par un clapet qui ne possède que deux positions : ouvert ou fermé.

Néanmoins les pilotes ne conduisent pas tous à la même vitesse, et la vitesse affichée et réelle varie en fonction des caractéristiques du pilote. (Cf : Leçon sur l'indicateur de vitesse)


Leçon numéro dix : un démarrage réussi.


Leçon numéro onze : les amortisseurs.


le radar de zone


le ramassage d'item


Leçon numéro dix-huit : l'indicateur d'irradiation

Lorsque vous roulez sous certains vents : Les Corridors de Nécropolia, Terres lugubres ou bien encore Big Quake breath (liste non contractuelle) votre Betrayal est soumis à de fortes irradiations.

Protégé par l'habitable et votre scaphandre vous ne souffrirez pas de séquelles dues à votre sortie sous une météo dangereuse, il n'en sera pas de même pour votre matériel.

Pendant que vous roulez vous n'êtes pas sans savoir que vous utilisez un radar de zone (Cf. Leçon précédente) qui vous permet de localiser les Items et les autres Betrayals se trouvant sur votre zone. Les irradiations nuisent au bon fonctionnement du matériel électronique.

Pour éviter de se retrouver bien seul sans radar sur votre zone la firme a installé un compteur qui indique le taux d'irradiation de votre véhicule. Au dessus de 20% d'irradiation, les circuits électroniques les plus sensibles sont automatiquement coupé pour éviter des dommages irréparables pour votre véhicule.

L'irradiation est surtout apportée par les circuit internes du Betrayal qui filtrent une grande quantité d'atmosphère lors du fonctionnement de la turbine. Pour éviter de voir la jauge d'irradiation grimper en flèche lors d'un vent néfaste, il est préférable de couper la turbine et d'attendre patiemment dans votre Betrayal qu'une météo plus favorable arrive.

Lorsque vous rentrez avec votre Betrayal irradié sur votre concession, vous devrez décontaminer celui-ci à l'aide des outils fournis par la firme lors de l'achat de votre Betrayal. Malheureusement, cette décontamination faisant tomber à zéro le taux de contamination de votre Betrayal, augmentera celui de votre exploitation.


Leçon numéro vingt-trois : les réservoirs d'appoint.

Le réservoir de votre Betrayal ne vous permet de stocker qu'une quantité limitée de carburant (trois cent quatre-vingt litres). Pour un très long trajet en Betrayal il vous sera nécessaire d'emporter une plus grande quantité de dihydrogène (communément appelé hydrogène ou encore H²). C'est pour cela que la firme met à votre disposition les "Containers à Hydrogène renforcés".

Doté une coque résistante, d'une grande dureté et à l'épreuve de l'atmosphère martienne, ce bijou d'étanchéité vous permettra d'emporter avec vous quatre-vingt litres de dihydrogène, ce qui en plus de vous emmener plus loin vous permettra peut être un jour le dépannage d'un ami victime d'une panne sèche, isolé en plein désert,.

Au bar vous avez peut être entendu des dudes parler de conteneurs largable et d'autres qui ne l'étaient pas. Rien de très compliqué à tout cela lorsque l'on a compris de quoi il s'agissait.

Il y a deux moyens de ravitaillement pour les conteneurs de dihydrogène, le premier est le marché noir et le second le largage du Charon.

Lors du largage par le Charon, les conteneurs subissent une chute et heurtent le sol avec une très grande violence (malheur au terraformeur qui se trouve sous le point d'impact. J'ai déjà eu à subir le choc et on a dû m'apporter l'intégralité des éléments nécessaires à la remise en état de mon Betrayal : pneus, dihydrogène, toolbox). Pour pouvoir subir le choc avec le sol sans se fissurer le conteneur est entouré d'une coque spéciale, cette coque, en plus d'être constituée d'un alliage très résistant, est équipée de deux poignées permettant de manier facilement le conteneur.

Lorsque l'on rentre les conteneurs dans son bunker ou dans la soute technique, on est obligé de se débarrasser de la coque qui possède les poignées car celle-ci est beaucoup trop encombrante.

Les conteneurs largable sont donc les conteneurs qui possèdent encore les poignées originelles et qui n'ont donc jamais été rangés dans un bunker ou été placés dans une soute technique.

Mais quel est l'intérêt des conteneurs largable, me direz-vous. Celui-ci réside en un fait simple, les conteneurs non largables ne peuvent pas être placés dans la soute d'un Betrayal car il sont trop fragiles pour cela. On est obligé de les mettre en soute technique. Or la soute technique ne possédant que quatre emplacements il est impossible d'emporter plus de quatre conteneurs à la fois ce qui, bien que paraissant largement suffisant pour une simple visite chez votre voisin, parait bien dérisoire lorsque l'on cherche à se rendre à des milliers que kilomètres de chez soi.


dans le désordre :

-les priorités

-les dérapages

-les tonneaux contrôlés

-les sauts de crevasse

-les drifts

-les livraisons

-la marche avant/arrière

-les phares

-le changement de pneu

-la soute technique

-le réservoir de H²O

-la climatisation

-le klaxon

-la balise de secours

-la jauge d'O²

-la jauge d'H²O

-le remplissage du réservoir

-le siphonnage d'un autre Betrayal

-l'indicateur de vitesse

- ouvrir les yeux

(Panda2 : suis les conseils de Ced.... ferme les yeux au volant.......)

- arme de bataille (empaler sur les rétro...)
avatar
Appius

Number of posts : 137
Registration date : 2007-12-01

View user profile

Back to top Go down

Re: Texte de Golvet

Post  Droopy on Fri Jun 05 2009, 12:52

essai
avatar
Droopy
Admin

Number of posts : 414
Age : 66
Location : Essonne
Registration date : 2007-11-16

View user profile http://terraformer-droopy.do-goo.net

Back to top Go down

Back to top


 
Permissions in this forum:
You cannot reply to topics in this forum